Bruxelles ma belle

Ma ville d’adoption est en deuil. Au delà d’une ville, c’est une nation, un continent, une planète toute entière qui pleure, une fois de plus, une fois de trop son impuissance. Pourquoi?  Où cette folie s’arrêtera-t-elle? Des questions sans réponses…

Comme à chaque attentat, que ce soit à l’autre bout du monde où sur ma ligne de métro, les jours qui suivent sont douloureux. Je m’en veux presque de reprendre mon train train quotidien comme si de rien n’était. De m’inquiéter des devoirs ou des courses à faire. J’ai hésité à écrire sur le blog cette semaine. Comment parler de bonheur dans ces circonstances? Même si la vie reprend toujours ses droits, nous devons nous laisser un temps de deuil, accepter les émotions contradictoires qui nous envahissent. Etre toujours présents à ce que nous vivons ici et maintenant.

Lors de mon jogging ce matin, la chanson « If everyone cared » de Nickelback est passée sur mon ipod, petit message d’espoir sous ce ciel si gris:

If everyone cared and nobody cried
If everyone loved and nobody lied
If everyone shared and swallowed their pride
Then we’d see the day when nobody died

Je crois que c’est un bon moment pour une méditation « Loving Kindness »…

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *