Développer sa résilience

“Le potentiel le plus élevé de l’être humain est celui de transformer une tragédie personnelle en victoire, une souffrance en une réalisation.” Viktor Frankl

bounceErik SchepersNous devons tous faire face à des difficultés, des échecs, des souffrances. Prétendre que nous pouvons nager dans le bonheur tout le temps serait hypocrite et stupide. Par contre, il est possible de se préparer à mieux traverser les épreuves de la vie en développant notre résilience. Ma première rencontre avec ce mot date de mes études d’ingénieur. En physique, la résilience est la capacité d’un matériau à absorber de l’énergie quand il se déforme sous l’effet d’un choc. Des années plus tard, j’ai découvert que se terme était aussi utilisé en psychologie où il caractérise la capacité d’un individu à faire face à une situation difficile ou génératrice de stress. C’est donc la résistance psychique face aux aléas de la vie. Etymologiquement, le terme vient du latin resilire qui signifie: rebondir, rejaillir.

Le concept: la résilience est une compétence, pas un trait de personnalité

En France, c’est Boris Cyrulnik qui a popularisé ce terme: “la résilience définit la capacité à se développer quand même, dans des environnement qui auraient dus être délabrants.” Mais l’homme qui personifie pour moi la résilience, c’est  Viktor Frankl.

La psychologue américaine Ann Masten qui s’est consacrée à l’étude de la résilience chez les enfants, conclut de ses recherches que la résilience n’est pas un trait de caractère inné ni une compétence isolée, mais la somme de différents processus qu’elle appelle joliment “la magie ordinaire”. En effet, il s’agit souvent de choses simples qui se cultivent au quotidien: tisser des liens, cultiver une bonne image de soi et croire en ses capacités, avoir des valeurs et une éthique de vie… La bonne nouvelle, c’est que nous pouvons travailler sur un certain nombre de ces processus et ainsi développer notre résilience en prévision des jours difficiles.

En pratique: gérer nos niveaux d’énergie + entrainer notre résilience

Pour moi, la première chose à faire est d’apprendre à gérer ses niveaux d’énergie. Si vous arrivez face à l’obstacle déjà épuisé (physiquement, mentalement, émotionnellement et/ou spirituellement), il y a fort à parier que vous allez vous écrouler juste à la vue de celui-ci. Tout comme un bâtiment a besoin de bonnes fondations pour résister au cyclone, un être humain doit avoir des réserves d’énergie suffisantes pour aborder les caps difficiles. Pour en savoir plus sur chacun, je vous invite à explorer mon blog où nombre d’articles sont classés selon les différentes catégories d’énergie.

Focalisons nous à présent sur l’entrainement spécifique à la résilience… Selon la recherche actuelle, il y aurait 3 mécanismes principaux caractérisant les individus ayant une bonne résilience. Pour chacune d’entre eux, je vous propose quelques pistes afin de les “entrainer”.

auto efficacite

C’est la croyance que nous avons les compétences pour faire face à la situation. Pour cultiver cette croyance, rien de tel que d’accumuler des petits succès.

  • Apprendre à se connaitre, identifier ses forces et les cultiver.
  • Se familiariser avec les modèles du changement afin d’anticiper les différentes phases par lesquelles nous passons.
  • Ne pas ressasser le passé ou ruminer ses échecs.
  • Faire du sport: il a été prouvé que la pratique d’un exercice physique favorise le développement de nouveaux neurones. A contrario, le stress endommage les cellules nerveuses.
  • Apprendre de nouvelles choses aussi souvent que possible.
  • Sortir régulièrement de sa zone de confort: faire des choses nouvelles qui nous intimident afin de développer notre confiance en nous.

 

soutien social

Il s’agit de la qualité de nos relations avec nos proches (famille, amis, collègues). Pour savoir que nous pouvons compter sur eux en cas de coup dur, il faut entretenir nos liens quand tout va bien.

  • Cultiver nos relations existantes en consacrant du temps à nos proches et tisser des nouveaux liens .
  • Demander de l’aide dès que nécessaire et en retour ne pas hésiter à en donner.
  • Avoir des “rôle-modèles”, ces personnes que l’on admire et qui sont la preuve éclatante que ce à quoi l’on aspire est possible. Qu’ils soient vivants ou morts, proches de nous ou bien hors de porté, nous pouvons apprendre énormément de ceux qui ont réussi avant nous.

 

sens de la vie

C’est notre capacité à voir notre contribution personnelle à l’humanité. Se projeter au delà de sa propre existence pour donner du sens à son existence. Vaste programme qui peut être initié par les exercices suivants:

  • Pratiquer la Pleine Conscience et en particulier la méditation.
  • Définir un code de conduite, une éthique personnelle.
  • Essayer de donner du sens aux évènements négatifs afin de pouvoir les intégrer.

Enfin, pour boucler la boucle, j’ai envie de redonner la parole à Viktor Frankl pour un dernier point très important:

L’humour aide à garder une certaine distance à l’égard des choses et il permet de se montrer supérieur aux évènements.”

Crédit image: Erik Schepers (Flickr)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *