Défi 11/37 – Ecouter ce que l’autre dit vraiment

“L’écoute est un art qui demande plus d’attention que de talent, plus d’esprit que d’égo, l’autre plus que soi-même.” Dean Jackson

ecouteJe me suis rendue compte en rédigeant mon bonus qu’il y a un levier pour lequel je ne me suis pas encore lancée de défi. En y réfléchissant bien, cela ne me surprend pas car c’est le levier qui est le plus difficile pour moi: “Cultiver ses relations”. D’un naturel introvertie et ayant dû développer très jeune l’art de ne pas m’attacher à cause de déménagements successifs, je suis plus à l’aise seule qu’en compagnie. Je préfère la solitude au monde, le silence au bruit, le calme à l’agitation… Avez vous remarqué que ce sont les choses qui nous semblent les plus difficiles dont nous avons le plus besoin? Que c’est souvent de la personne avec laquelle nous avons le moins d’affinités que nous pouvons apprendre le plus? C’est un schéma que je vois se répéter souvent. Je suis convaincue que dans mon cas, c’est en mettant l’accent sur des outils liés à ce levier que je verrai le plus de changements dans ma vie. Donc je vous propose aujourd’hui un premier outil pour cultiver vos relations: l’écoute active.

Concept: inviter l’autre à s’expriment pleinement

Stephen Covey écrit très justement: “La plupart des gens n’écoutent pas avec l’intention de comprendre, mais avec l’intention de répondre.” Nous voulons répondre soit pour donner notre avis soit, et c’est plus fréquent, pour ramener la conversation à nous en expliquant qu’il nous est arrivé la même chose en bien pire! Du coup pendant que nous sommes occupés à réfléchir à notre réponse, nous cassons le contact avec notre interlocuteur. Nous n’écoutons plus ses mots, nous ne faisons qu’entendre sa voix. Nous perdons de vue son langage corporel, nous ratons toute une partie du message non verbal qu’il fait passer. Bref nous rompons le lien entre nous. A l’inverse, en améliorant la communication, l’écoute active contribue à renforcer les relations et à les rendre plus satisfaisantes pour les deux parties.

L’écoute active est un concept développé à partir des travaux du psychologue américain Carl Rogers. Initialement, c’est une technique d’accompagnement des patients basée sur la bienveillance du récepteur. Elle nous permet de porter un intérêt actif envers ce que notre interlocuteur a à dire afin qu’il se sente écouté. Nous pouvons même aller plus loin en aidant la personne à clarifier son ressenti par rapport à la situation pour qu’elle sorte “grandie” de cet échange. Dans toute interaction, nous pouvons avoir une “attitude coach” pour inciter l’autre à aller plus loin et identifier ses propres ressources. Il s’agit de lui faire confiance, sachant qu’elle a ses propres réponses au problème qu’elle expose. Et oui, cela marche aussi très bien avec les enfants!

En pratique: 6 attitudes pour être vraiment à l’écoute

Dans un premier temps, planifiez vos plages d’écoute active. Assurez-vous que vous êtes dans un environnement isolé, sans risque d’interruption et que vous avez au moins 10 minutes devant vous. Rappelez-vous que vous êtes au stade d’incompétence consciente et mettez donc tous les atouts de votre coté ;o)

L’écoute active est un comportement à adopter, c’est un choix de qualité d’écoute.

  • Paraphraser: reformulez ce que vous avez compris du message de l’autre d’abord avec ses mots, puis avec les vôtres. Cela a pour but de vous assurer que vous avez bien compris ce qu’il vous a dit et aussi de lui montrer qu’il a toute votre attention. Cela peut sembler bête, mais c’est très puissant. Vous seriez surpris du nombre de fois où l’on interprète sans s’en rendre compte les propos de l’autre, surtout dans des relations qui ont une longue histoire, des précédents et des conflits non résolus. Vous pouvez dire franchement à la personne que vous essayez de la paraphraser. Des phrases commençant par : “Si je comprends bien…” ou “Ce que j’entends….”, “Donc quand elle t’a dit… tu as eu l’impression que…”
  • Poser des questions ouvertes: encouragez la personne à élaborer ses pensées et ses émotions. Incitez-la à aller plus loin dans son message. Pourquoi réagit-elle ainsi? Qu’a-t-elle ressenti? Est-ce que cela lui a rappelé une situation similaire déjà vécue? Aidez-la à creuser la problématique sans jamais répondre à sa place. Posez des questions pertinentes afin de l’accompagner et de la pousser plus profondément dans son processus de réflexion.
  • Exprimer de l’empathie: efforcez vous de valider les émotions que la personne laisse paraitre. Par l’empathie vous allez vous mettre en résonance avec elle. Ce n’est pas le moment de lui dire qu’elle a raison ou tord de réagir ainsi, mais d’être un véritable miroir de ses sentiments. D’une part cet effet miroir lui donnera un sens de connexion et d’autre part elle n’est pas forcement capable ou en état de poser elle-même un nom sur son émotion du moment et pourrait bien être surprise de vous entendre verbaliser les sentiments qui accompagnent ses mots et son attitude. “J’entends de la colère dans ta voix.”
  • Engager son langage corporel: avant tout, gardez le contact visuel et une posture ouverte. Ne mettez pas de barrières physiques entre vous.
  • Eviter tout jugement: votre objectif durant l’écoute active est de comprendre le point de vue de l’autre. Vous pouvez ne pas être d’accord, mais ce n’est pas le moment pour le faire savoir. Ne sortez pas vos contre-arguments au risque de rompre le lien que vous avez réussi à tisser jusqu’à présent.Ne faites pas d’interprétations hâtives.
  • Eviter de donner des conseils: c’est une règle de vie (difficile à respecter, je sais): ne jamais donner de conseils à moins qu’ils ne soient explicitement demandés.

“Quand j’ai été écouté et entendu, je deviens capable de percevoir d’un œil nouveau mon monde intérieur et d’aller de l’avant. Il est étonnant de constater que des sentiments qui étaient parfaitement effrayants deviennent supportables dès que quelqu’un nous écoute. Il est stupéfiant de voir que des problèmes qui paraissent impossibles à résoudre deviennent solubles lorsque quelqu’un nous entend.” Carl Rogers

Et les bénéfices sont aussi importants pour nous “récepteurs”  de la conversation:

  • Nous nous nourrissons de relations humaines. L’écoute active améliore la qualité de nos relations.
  • Nous donnons ce qui est de plus précieux pour nous: notre temps. De nombreuses études font un lien direct entre le fait de donner aux autres et le bonheur.
  • Nous développons une compétence.

Pour finir, une dernière citation dont j’ignore l’auteur mais qui me semble très appropriée pour conclure cet article: “Quand je parle, je ne fais que répéter ce que je sais déjà. Mais si j’écoute, je peux apprendre quelque chose de nouveau.”

Avez vous des astuces pour ne pas interpréter les propos des autres? Si oui, merci de les partager dans les commentaires ci-dessous.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *