Interrompre nos schémas mentaux limitants

“La folie, c’est de se comporter de la même manière et s’attendre à des résultats différents.” Albert Einstein

railroad switchPeterUn schéma mental est une routine que nous enclenchons inconsciemment dans des situations que nous estimons semblables. Nos schémas mentaux sont comme des rivières: le premier ruissèlement se faufile en toute liberté pour se faire un passage là où c’est le plus facile, mais à force de couler au même endroit encore et toujours, l’eau creuse un lit qui finira par la canaliser. Il en est de même pour nous: lorsque nous trouvons un comportement qui fonctionne une fois, deux fois, trois fois, on a tendance à le répéter comme un automatisme dans des circonstances similaires, même si il n’est plus approprié à la situation. Au point parfois d’en être prisonnier.

Le concept: interrompre pour sortir de l’automatisme

Selon Wikipédia, les schémas mentaux sont “des représentations mentales abstraites qui résument de façon structurée des évènements, des objets, des situations ou des expériences semblables […] Ils servent donc en quelque sorte de modèle, de cadre pour traiter l’information et diriger les comportements.” Beaucoup de ces schémas nous sont très utiles, ils nous simplifient immensément la vie, nous permettant par exemple de conduire une voiture ou réaliser d’autres tâches complexes sans même y penser.  C’est non seulement pratique, mais aussi économique. Face à certains signaux, on se met en autopilote et on laisse notre inconscient prendre soin de tout.

Le problème c’est que nos schémas mentaux ne jouent pas tous en notre faveur: certains nous rendent improductifs et bloquent nos tentatives de changement. Ils peuvent nous emprisonner dans des comportements inappropriés. Parmi mes schémas, en voici un qui me pause un réel problème et que je tente tant bien que mal de modifier. Dès que j’ai un retour négatif de “l’autorité”, je suis prête à fondre en larmes. En analysant cet automatisme, je me dis que c’est sans doute une réaction qui a du bien fonctionner en maternelle et en primaire: imaginez la maitresse (la représentant de l’autorité dans ce contexte) faisant une remarque négative à cette petite fille… qui se met à pleurer… La maitresse la console… Une fois, deux fois, trois fois… Il n’en faut pas plus pour que mon inconscient associe “se mettre à pleurer” avec “arrêter l’attaque” voir même, “se faire consoler”. Oui mais voilà, à 37 ans je vous laisse imaginer la tête de mon boss (l’autorité au travail) si je me mets à pleurer lorsque j’ai un commentaire négatif sur mon travail.

Aujourd’hui, je suis sur une piste pour en sortir. Un outil qui vient de la PNL (Programmation Neuro-Linguistique): l’interruption de schémas de comportement. Une interruption, c’est tout ce qui peut soudainement briser la routine de votre schéma. C’est un évènement inattendu qui surprend notre cerveau et le force à sortir du mode pilotage automatique. Cela peut être une gestuelle tout à fait hors du contexte, une phrase sans queue ni tête ou une visualisation mentale qui force votre inconscient à passer la main à votre conscient puisque lui ne sait pas gérer l’inhabituel.  Ainsi, ayant repris la main sur votre comportement, vous pouvez choisir de le changer. A force d’interruption, votre routine s’estompera à condition d’en renforcer une autre (de préférence plus constructive) à la place. Comme sur la photo illustrant cet article, votre interruption active l’aiguillage qui fera changer de voie le train de vos réactions.

En pratique: être plus malin que son schéma

La première étape, comme pour tout travail sur soi-même, c’est d’identifier le ou les schémas problématiques. Si mon explication était assez claire, vous devriez déjà avoir en tête des exemples de vos propres schémas mentaux improductifs. Que ce soit une tendance à la déprime sans raison particulière, crier sur vos enfants quand vous êtes fatigué, vous sentir nul, ou bien vous avachir devant la télé en rentrant du boulot…

Notez-les puis répondez aux questions suivantes:

  • Quelles sont les étapes de mon schéma? Est-ce toujours les mêmes étapes? Si non, y a-t-il malgré tout un dénominateur commun?
  • Quels sont les éléments qui déclenchent ce comportement? (dans mon cas, la combinaison reproche + autorité)
  • De quelle façon un tel comportement a-t-il pu vous être utile dans le passé?
  • Pourquoi n’est-il plus approprié aujourd’hui?
  • Quelles émotions sont liées à ce comportement?
  • Par quel comportement aimerai-je le remplacer? Quelle réaction serait constructive face à ce même type de situation?

La deuxième étape consiste à décider à l’avance comment vous pourriez interrompre le schéma la prochaine fois afin de le remplacer par le comportement que vous souhaitez avoir. L’idée est de faire quelque chose auquel votre inconscient ne s’attend pas afin de le déstabiliser, laissant ainsi à votre conscient la possibilité de reprendre les commandes.  Tony Robbins aurait ainsi proposé à une femme participant à un de ses séminaires de crier dans la salle “Dieu merci, mes pieds ne puent pas aujourd’hui!!!” dès qu’elle avait des pensées dépressives. Trouvez quelque chose qui soit tout à fait en dehors du contexte de votre schéma. Trouvez plusieurs “interrupteurs” pour un même schéma pour avoir des options. Par exemple:

  • Utilisez l’humour. Le rire et l’humour sont d’excellents remèdes aux émotions négatives. Revenons sur mon exemple, je pourrais visualiser une scène très comique de moi adulte habillée en petite fille avec un doudou énorme et faisant semblant de pleurer comme ma fille sait si bien le faire. Ou bien m’imaginer en clown sur le point de faire son numéro favori.
  • Dites une phrase tout à fait hors du contexte, comme dans l’exemple de Tony Robbins. Ce n’est pas forcement adéquat dans toutes les situations, mais cela peut être très puissant. D’expérience, c’est surtout très efficace si vous souhaitez faire sortir quelqu’un d’autre de son schéma. Vous dites une chose à laquelle il ne s’attend absolument pas, et il y a de fortes chances qu’il s’arrête net. Essayez avec vos enfants, vos collègues… C’est fascinant l’effet que cela peut avoir.
  • Faites un drôle de bruit.
  • Bougez. Faites un mouvement particulier. Si par exemple, vous avez tendance à répéter à tout bout de champ: “je suis crevée” (aussi un de mes refrains préférés), décidez de sauter sur place en faisant des jumping jack à chaque fois que vous démarrez la phrase.

Enfin, à chaque fois, je dis bien chaque fois que vous démarrez votre comportement, utilisez un “interrupteur” et dès que vous sentez votre conscient reprendre le dessus, remplacez votre comportement négatif par le comportement positif que vous avez identifié auparavant. Soyez patients, persistants mais toujours indulgents avec vous-même. Ce n’est pas en un jour que l’on dévie le cours d’une rivière! Surtout, soyez curieux à chaque fois du processus. Votre interrupteur a-t-il fonctionné, ou bien au contraire était-il trop “bizarre” pour l’environnement dans lequel vous étiez?  Par quoi pourriez-vous le remplacer? A l’inverse, qu’est-ce qui a bien marché? Comment renforcer le positif? Apprenez de chacune de vos tentatives.

Si vous lisez mon blog, c’est que vous croyez comme moi que nous sommes en charge de notre vie. Il n’y a pas de bon ou de mauvais caractère, il y a de bonnes ou de mauvaises habitudes. Ce que je vous propose ici, c’est une manière certes exigeante , mais efficace, de changer vos habitudes, en particulier vos ruminations destructrices. Imprimez la fiche de support pour chaque comportement que vous souhaitez changer et mettez-vous au travail…

Après la lecture de cet article, à quel schéma voudriez-vous vous attaquer? Quel pourrait-être votre interrupteur? Laissez vos réponses dans les commentaires.

Image: Peter (Flirckr)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *