Défi 20/37 – Prendre le pouvoir

“Entre le stimulus et la réponse, il y a un espace, dans cet espace se trouve notre pouvoir de choisir notre réponse, et dans notre réponse se trouve notre croissance et notre liberté.”  Viktor Frankl

pouvoir dans l'espaceQu’évoque le mot « pouvoir » chez vous? C’est un mot qui m’a longtemps fait peur. Il était lié, dans mon imaginaire, à ces gens assoiffés de richesse et de domination qui cherchent à s’imposer aux autres, souvent par la violence ou la ruse. Autant vous dire que c’est un des derniers termes que j’aurais utilisé pour me définir… Et pourtant, petit à petit, j’apprends à apprivoiser ce mot, à en chercher les nuances, à m’ouvrir à ses possibles. Plusieurs lectures m’ont poussée à revoir ma conception du mot pouvoir, comme cette citation rendue célèbre par Nelson Mandela: « Notre plus grande peur n’est pas de ne pas être à la hauteur. Notre plus grande peur est d’être puissant au delà de toute mesure. » Ces mots ayant été écrits par Marianne Williamson, je ne pouvais imaginer qu’elle donne le même sens que moi au terme puissance… Que voulait-elle donc dire? Dans ma quète, j’ai appris à croire aux « pouvoirs magiques », j’ai entendu des mots ayant le « pouvoir » de soulager mes peines… Mais surtout, j’ai découvert ce pouvoir immense que nous avons en chacun de nous, le pouvoir de choisir.

 Le concept: devenir maitres de nos réactions

La citation de Viktor Frankl qui ouvre cet article est devenu mon mantra. Viktor Frankl était un psychatre Autrichien survivant de l’holocaust. Déporté par les nazis, il a perdu sa famille dans les camps. Il défend la thèse selon laquelle l’inconscient est principalement d’essence spirituelle car « lorsqu’on trouve un sens aux événements de sa vie, la souffrance diminue et la santé mentale s’améliore ». C’est dans son expérience des camps de concentration que Frankl a développé cette interrogation sur le sens. En tant qu’être humain, l’homme peut choisir librement sa perspective, sa position et son attitude face aux conditions intérieures et extérieures de son existence. Il nous invite à adopter une attitude positive face à la mort et aux souffrances inévitables.

La façon dont nous répondons et interagissons avec notre environnement dépend de notre pouvoir à élargir cet « espace » dont parle Viktor Frankl. En élargissant cet espace mental, ne serait-ce que de quelques secondes, nous nous offrons une plus grande liberté de choisir notre réaction. Ce temps nous permet de laisser nos émotions initiales s’apaiser et de passer de notre cerveau limbique (automatique) à notre préfrontal (réflexion). On peut alors prendre conscience de notre réaction instinctive et choisir de la suivre ou d’en essayer une différente. Notre réaction n’est qu’une habitude, une connection neuronale que nous avons beaucoup utilisée et qui s’active automatiquement.

Dans cet espace se trouve notre pouvoir. Ce pouvoir dont parle Marianne Williamson et qui nous effraye tellement. La puissance d’un roi se mesure à la taille de son royaume, celle d’un manager à la taille de son bureau. Notre pouvoir personnel, lui, se mesure à la taille de cet espace entre le stimulus et notre réaction. Plus cet espace interieur est grand, plus nous avons de pouvoir de réagir en pleine conscience.

En pratique:mes astuces pour agrandir cet espace

Je suis loin d’être un modèle dans le genre. Je tourne les mêmes scripts encore et encore… Mais à présent, j’arrive à m’en rendre compte et c’est déja un grand pas. Je suis passée de l’incompétence inconsciente à l’incompétences consciente, et c’est une étape nécessaire dans tout processus d’apprentissage. Par exemple, j’ai une fâcheuse tendance à fondre en larmes. J’ai longtemps cru que c’était ma nature profonde et que je n’y pouvais rien, mais je réalise maintenant que c’est simplement un schéma de réaction que j’ai entretenu depuis ma plus tendre enfance. Cela m’a sans doute servi à une époque, mais du coup j’ai tellement répété cette réaction à chaque stimulus stressant que c’est devenu une habitude que je ne contrôle plus. Maintenant que je réalise que me mettre à pleurer est mon choix inconscient, il est en mon pouvoir de faire un autre choix et pour cela il me faut élargir l’espace entre le stimulus et mes réaction pour volontairement court-circuiter mon habitude de pleurer.

Voici les astuces que je mets doucement en place:

  1. Changer mon dialogue intérieur. Systématiquement, si je m’entends sire une phrase avec « je dois », je la reformule en disant « je choisis ». Je fais cela aussi bien pour mes monologues intérieurs que lors de conversations avec les autres. Au bureau, en quittant une réunion avant la fin, je ne dis plus « je dois partir chercher mes enfants à l’école sinon sinon je serai en retard. », mais « je choisis de partir pour pouvoir être à l’heure pour mes enfants. »
  2. Retarder mes réponses. L’expression « tourner 7 fois sa langue dans sa bouche » avant de répondre est plus que jamais d’actualité. Que se soit en quittant (dignement) une pièce, en tournant effectivement 7 fois votre langue dans votre bouche, en prenant 3 respirations profondes, donnez-vous littéralement du temps. Cela vous permettra de vous demander comment vous aimeriez réagir et deffectivement choisir de réagir ainsi.
  3. L’humour. A nouveau, je ne saurai pas le dire mieux que Viktor Frankl: « L’humour est une arme défensive très efficace. L’humour aide à garder une certaine distance à l’égard des choses et il permet de se montrer supérieur aux évènements. » Trouvez le comique dans une situation et vous verrez que cela vous donne une bouffée d’oxygène.
  4. Agir.
  5. Méditer. La méditation de pleine conscience nous apprend à nous observer et ainsi petit à petit à prendre plus naturellement ce recul. C’est un exercice d’endurance qui vaut vraiment la peine.  Des études scientificques sur des méditants expérimentés montrent une moins grande activation de l’amygdale dont la stimulation provoque des sentiments de peur et d’anxiété. Ce ne sont pas nos meilleurs alliés pour réagir intelligemment ;o)

Et vous, comment prenez-vous le pouvoir?  Avez-vous une astuce pour élargir cet espace?  Partagez-la dans les commentaires.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *